PUBLICATIONS

Réformes économiques et pauvreté monétaire en outre-mer : les apports d’un modèle EGC microsimulé

Parution :

Revue économique, 2016/4 (Vol. 67), p.264

Auteur(s) :

Sébastien Mathouraparsad

Historiquement, le développement des départements d’outre-mer doit beaucoup aux différentes politiques mises en œuvre au nom de la « solidarité nationale » pour atténuer leurs handicaps vis-à-vis des autres régions françaises. Ces régions bénéficient ainsi de tout un ensemble de dispositifs fiscaux et budgétaire : réductions et exonérations de TVA, exonérations de charges patronales, défiscalisation des investissements productifs, du logement social, de la plaisance, abattement d’impôt sur le revenu, continuité territoriale, aide au fret, TVA non perçue récupérable, etc. Elles ont jusqu’ici contribué à une expansion économique plus rapide qu’en métropole, sur les quinze dernières années. Toutefois, le taux de pauvreté monétaire demeure toujours aussi élevé, notamment en raison d’un coût de la vie plus élevé. Cette question de « la vie chère » structure tous les débats économiques, politiques et sociaux qui animent ces départements, parfois de manière violente comme ce fut le cas avec la crise sociale de 2009.

À notre sens, deux dispositifs jouent un rôle non négligeable sur l’économie et plus précisément sur le pouvoir d’achat des ménages : l’octroi de mer et les majorations de traitement des fonctionnaires. L’octroi de mer concerne plutôt le côté offre de l’économie. Il s’agit d’une taxe sur les produits au même titre que la TVA ou les droits de douane mais avec pour objectif de compenser les surcoûts de production des entreprises locales : les produits importés sont plus lourdement taxés. De leur côté, les surrémunérations des fonctionnaires (ou prime de vie chère) soutiennent la demande des ménages. Originellement, elles devaient favoriser l’attractivité de main-d’œuvre vers ces territoires. Grâce à cette politique salariale avantageuse, le secteur public est devenu plus attrayant sur le marché du travail, et ce, au détriment des autres secteurs moins rémunérateurs.

Voir AUSSI

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône YouTube

CREDDI

Nous suivre :