PUBLICATIONS

La place de l’esclave dans le ius obligationum romain

Parution :

Dialogues d’histoire ancienne, vol. 33, n°1, 2007. pp.85-98

Auteur(s) :

Mignot, Aimé

La capacité de l’esclave - même réduite - est le fait du maître. Juridiquement à Rome, celui là ne jouit d’aucun droit, il est un objet de droit, mais on le situe parfois dans la catégorie des homines. Il n’est pas question dans ces présentes lignes de reprendre la question tant débattue de ses droits patrimoniaux ou de ceux qui relèvent de sa liberté naturelle. En revanche il peut être intéressant d’examiner la façon dont les textes du droit ancien ou les auteurs du droit classique abordent la personne de l’esclave au travers des différentes obligations et actions issues du tus obligationum.
L’importance économique de l’esclave-individu et de son activité comme outil précieux qui prolonge la personnalité du maître a largement influencé la science juridique romaine. Objet de convention ou simple agent in rebus du maître, l’esclave apparaît sous deux aspects forts différents qui traduisent l’évolution de tout un droit mais aussi des mentalités.

Voir AUSSI

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône YouTube

CREDDI

Nous suivre :